Partir de rien

Laisser un commentaire
informatique, jeu sérieux, Technologie et innovation

Alors que nos grands-parents ne savent pas très bien ce qu’est un ordinateur, nos petiots sont nés avec un IPad collé à leurs menottes. Et ça nous fait peur ! Le fossé se creuse entre l’utilisation de l’informatique et la compréhension de son fonctionnement. Nous nous imaginons un futur où les machines auront le contrôle sur une génération sacrifiée, parce qu’elle n’a pas appris à coder. Heureusement, des applications tactiles permettent maintenant aux enfants de s’amuser tout en assimilant les rudiments de la programmation.

L’usage des écrans tactiles est très intuitif pour les enfants qui les adoptent dès leur plus jeune âge. On peut imaginer que, d’ici quelques années, ils délaisseront complètement les claviers et autres souris qu’ils jugeront inutiles et encombrants.
Et alors  ? Y a t’il vraiment de quoi s’inquiéter ? 

Beaucoup pensent que oui. C’est le cas d’Anna Lietti pour qui les outils numériques se sont immiscés dans tous les aspects de notre vie, justement parce qu’ils sont faciles à utiliser, lisses, conviviaux. Rien, pas une aspérité, pour préjuger de l’envers du décors. L’intérieur, le fonctionnement des machines, reste mystérieux. Et, qui dit mystérieux dit emprise, contrôle. Un pas de plus, et le mythe de l’homme, dominé par ses machines, refait surface. 
On réalise que la nouvelle génération d’enfants tactiles se contre-fout de savoir comment ça marche. Après cette constatation, s’ensuit l’inquiétude de nous, les adultes, devant ces enfant qui vont peut-être un jour se retrouver démunis face aux ordinateurs. Faute d’avoir appris, ils vont oublier comment cela fonctionne. Le privilège d’apprendre sera réservé aux élites, qui domineront les autres. Ou pire, les machines prendront le pouvoir…
Car comme dit si bien Alfred Sauvy, « Bien informés, les hommes sont des citoyens ; mal informés ils deviennent des sujets. »

Evidemment, la domination sera toujours là. Il n’est pas question ici de tomber dans ce souci paranoïaque digne de romans de science-fiction. Non, soyons plus pragmatiques et humanistes !

L’informatique est un domaine riche et complexe. Et comme il envahit notre quotidien, il est tout simplement logique et essentiel d’intégrer son enseignement à l’éducation. De tous. Donner l’accès à tous de pouvoir en savoir plus.
On ne sera pas tous des développeurs comme on peut très bien conduire sans rien comprendre à la mécanique d’une voiture. Mais, il faut pouvoir, sans discrimination sociale d’aucune sorte, donner accès à l’enseignement de l’informatique.

Ceci dit, les débats sur la programmation à l’école sont nombreux. On en a vu plusieurs envahir le C@fé. Par exemple, dans Tout se passe comme si avec Pourquoi je suis favorable à l’enseignement de la programmation à l’école ou chez Dr Goulu, La programmation, latin du futur ? Il y est même question de l’âge adéquat pour commencer. Ces réflexions sont appréciables et nécessaires, elles montrent qu’il y a du changement. Mais, ici, plutôt que de foncer dans une tirade d’arguments ou de contre-arguments, nous allons parler d’une initiative pratique et géniale.

Scratch Jr. est une nouvelle application IPad gratuite, créée et lancée cet été par une équipe du MIT, pour apprendre aux enfants à coder. Elle est une dérivation de Scratch, qui, déjà, permet aux jeunes dès 8 ans, d’acquérir, à l’aide de blocs colorés en forme de puzzle, quelques notions de programmation. C’est aussi, et surtout, un puissant outil de création grâce auquel les enfants manipulent des personnages tout droit sortis de cartoons et créent des dessins animés. L’important est donc de sensibiliser plutôt que d’assommer de connaissances.

Scratch Jr. est dans la même veine, mais cible un public encore plus jeune. Grâce à une interface graphique plus intuitive et comportant moins de textes, les enfants peuvent, dès 5 ans, jouer à programmer. Et, apprendre à penser différemment, sous forme de séquences et d’itérations. 

L’idée première est donc de structurer la pensée, d’apprendre à résoudre des problèmes, de concevoir des projets. Bref, de s’amuser et de créer. “Nous voulions être sûrs que les jeunes enfants n’utilisent pas les tablettes uniquement pour naviguer sur le web et consommer.” affirme Mitchel Resnick, directeur du MIT Media Lab’s Lifelong Kindergarten, qui a développé Scracth Jr. en collaboration avec l’Université de Tufts et la Playful Invention Company.

Grâce à Scratch Jr., les enfants peuvent tâtonner, bricoler, expérimenter avec leur IPad. Ils entrent dans une autre dimension. Ils ne sont plus juste consommateurs, mais actifs et curieux. Ils ont les armes pour affronter les machines du futur.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s