Effet collatéral

Laisser un commentaire
art, Technologie et innovation, visualisation
Invisible Coral Flows, Vicente I. Fernandez, Orr H. Shapiro, Melissa S. Garren, Assaf Vardi, and Roman Stocker.

Attractives, fascinantes, les images scientifiques ont un pouvoir nécessaire à la communication et compréhension. Mais, comment photographie-t-on la science ? Un bref aperçu ici, avec l’analyse des résultats du challenge de visualisation scientifique porté par la revue Science.

Une image vaut mieux qu’un long discours, dit-on parfois.
Bien sûr, les images ne remplacent pas les mots ! En fait, elles sont plus que des mots. Plus marquantes. Instantanées, intemporelles et internationales. De l’image rupestre à la peinture numérique, le visuel entremêle art et langage depuis la nuit des temps. Bien avant que nous façonnions des lettres. Façonner ? Oui, même les mots sont des images. Et pour qui n’en comprend pas leur sens, le dessin, lui, reste gravé en mémoire. La calligraphie est un art.

Les images, pour communiquer, sont plus que nécessaires. C’est pourquoi la revue Science et la National Science Foundation ont créé le International Science & Engineering Visualization Challenge, il y a maintenant 10 ans. Un des critères de sélection est l’utilisation des images comme outil fascinant de communication, grand public. Les résultats du concours 2013 ont été dévoilés, il y a quelques jours. Et il faut bien avouer que tout n’est pas si simple. Si la majorité des primés a sciemment utilisé l’art visuel pour communiquer au grand public, un nombre non négligeable s’en est servi pour travailler. Afin de mettre en relief un mécanisme, pour mieux le comprendre ou tout simplement le découvrir. L’image, l’art, est venue comme un effet collatéral. Inattendue. Ces primés-là se retrouvent tous dans la catégorie photographie.

Car il faut savoir qu’on ne photographie pas la science comme on photographie son chien. Ainsi, l’équipe lauréate de cette catégorie a élaboré un ingénieux procédé de fausses couleurs et de superposition d’images, afin de visualiser les tourbillons d’eau formés autour des coraux. Deux photos prises à 90 minutes d’intervalle sont ainsi superposées (voir image ci-dessus). L’une montrant le courant marin en or, la deuxième en bleu ciel. Ce courant est en fait celui créé par les fins cils recouvrant les coraux, qui frappent l’eau pour éloigner les déchets de l’animal ou attirer la nourriture. Un phénomène capturé pour la première fois !

Stellate leaf hairs on Deutzia scabra, Steve Lowry

La mention honorable récompense, quant à elle, l’utilisation d’un microscope filtrant la lumière au travers d’un cristal de sélénite (voir ci-dessus). Le gagnant Steve Lowry, de Portstewart (UK), explique : « En révélant les variation de densité, taille et forme dans les étoiles, cette technique microscopique permet de distinguer plus de 20 espèces différentes de Deutzia. Mais elle est aussi un regard esthétique qui offre la beauté cachée des plantes, à tous. »

Polymer Micro-structure Self-assembly, Anna Pyayt and Howard Kaplan

C’est encore un microscope qui a été utilisé pour la troisième lauréate. Cette fois, améliorée avec des outils numériques, l’image nous montre un fragment de 2mm de long qui, lorsqu’il sera assemblé à d’autres, formera un petit polymère. L’équipe de South Florida crée, grâce à ces assemblages, des laboratoires miniatures, voués au diagnostic biomédical. Ce n’est pas tout ! Ces images de fragment ont été mises en relief. Oui, oui, en relief ! Un mur de visualisation 3D a ainsi pu révéler toutes les nuances et subtilités produites lors de chaque expérience. Et puisque le 3D s’immisce même jusqu’aux imprimantes, l’image a aussi pu devenir un objet réel de la taille d’une barre chocolatée.

Que faut-il retenir de tout cela ? Et bien, derrière la profondeur retrouvée de l’image, se cache en fait les travaux du Centre de visualisation avancée de l’Université de South Florida. Cette image, ainsi que bien d’autres œuvres primées, ne sont donc pas uniquement des travaux de recherche mais aussi des créations de centre de visualisation, d’agence de communication, d’artiste, de designer, de studio d’animation. Communiquer la science est bel et bien un métier à part entière. Et si les chercheurs ont besoin des images, ils ont aussi besoin de moyens de communication et de visualisation pour mieux les utiliser et les transmettre.


Retrouvez tous les lauréat(e)s sur ce site.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s