Du haut du balcon

Laisser un commentaire
art, Bande dessinée, humour

Quel poids a Masse dans l’espace-temps à deux dimensions de la Bande dessinée ?

Masse n’est certes pas très connu, mais ses deux albums Les deux du balcon, et (vue d’artiste), valent leur pesant d’or d’art scientifique. Il y explose les codes de la vulgarisation et crée des œuvres d’art mêlant poésie et rigueur, science et non-sens, physique et pataphysique. Les possibilités artistiques de la BD s’en trouvent ainsi multipliées par l’infinité des dimensions scientifiques.

Masse, Francis de son prénom, est un artiste visuel – bandes dessinées, graphisme, sculpture. En vieux de la vieille, il a été publié dans les grandes revues BD des années 70-80, Actuel, L’écho des savanes, Charlie Mensuel, Métal Hurlant. Son album Les deux du balcon, paru en 1985, nous fait suivre les discussions de deux hommes cohabitant sur un balcon vénitien. Une histoire qui paraît ennuyeuse à mourir, mais qui n’est qu’un prétexte pour faire défiler un monde surréaliste en bas, au pied du balcon. Il suffit qu’un rhinocéros passe, et hop les deux du balcon s’empressent de parler météo. L’artiste, né à Gap, excelle dans un art peu commun, il sait faire cohabiter des contraires comme l’absurde et la science. Son talent s’exporte même outre-Atlantique. Terry Gilliam, le célèbre réalisateur de Brazil, s’en est fortement inspiré.

Pourtant, Masse reste boudé du grand public. Son dessin est parfois chargé, son propos difficile. Seul un public scientifiquement averti pourra saisir toutes les subtilités de son art et toutes les traces d’humour. Est-ce pour cela qu’il ne réussit pas à vivre de ses dessins ? 
Cependant, après avoir délaissé la BD pendant une vingtaine d’années, il nous revient en 2011 nous parler de cosmologie et d’aspirateur, avec un autre album intitulé (vue d’artiste). Preuve que cet homme est un passionné qui pratique un art sans concessions.

Masse est, en effet, plus qu’un auteur de BD, c’est un artiste visuel qui a inventé un style : l’art scientifique. Un artiste visuel. Mais un artiste qui aime aussi les mots. La BD lui permet ainsi de jouer avec les mots des scientifiques, de personnifier les concepts, d’humaniser les galaxies, ou de féminiser l’espace-temps « pour des raisons de parité ».

Son style hors du commun est de savoir lier l’imaginaire visuel et l’humour absurde avec la rigueur scientifique pour nous parler de notre monde, bien réel. Ses œuvres ne sont pas des manuels techniques, ni des ouvrages de vulgarisation, mais des mises en perspectives. Il met en perspective les concepts et le savoir comme il met en perspective les objets et les images. Ses deux albums regorgent ainsi de parallèles farfelus. Ici les voitures s’accouplent pour parler d’hormones, là on met la ville à sécher pour parler prévisions climatiques. Mais toujours les propos sont scientifiquement honnêtes.

Bien qu’abordant des sujets techniques très variés, l’œuvre de Masse mérite lecture et relecture. Du haut de son balcon, il nous invite à observer le monde avec justesse, décalage et impertinence. Et puis avant de nous raccompagner en bas, d’une petite tape dans le dos, il nous demande d’un ton empreint d’une fausse innocence : Mais quel poids a l’Homme dans l’espace-temps ?

Les deux du Balcon (réédité en 2011)  et (vue d’artiste) sont disponibles aux Éditions Glénat.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s