L’avenir de la science

Laisser un commentaire
médiation scientifique, pensée du mois

Certains souvenirs marquent plus que d’autres, sans trop qu’on sache bien pourquoi. C’est le cas de ce souvenir, mon souvenir…

Durant mes années de lycée, en cours de physique, un peu sans crier gare, le prof avait distribué à chacun un petit bout de papier nous parlant de la science et de la société. Ce monsieur, ne tenant pas en place, toujours à nous faire la leçon, nous avait expliqué que la fin du monde surviendrait lorsque trop de gens n’y comprendrait plus rien, à la science. Et comme le monde devenait de plus en plus technique, de plus en plus complexe, il viendrait forcément un temps où plus personne n’accepterait cette technique, perçue alors comme une dictature imposée et incomprise. Le physicien s’était emporté dans l’élan et avait crié quelque chose comme «  On court vers une révolution ! » … et sûrement aussi vers l’anéantissement de la société tels les mayas qui, à la veille de leur déclin, se sont détournés du savoir des prêtres et astronomes.
Dans mon lycée de campagne, perdu au milieu des vaches, cette soudaine réflexion dérangeante avait dû en surprendre plus d’un. Au moins une, en tout cas, car ce bout de papier a traîné, en relique, de longues années sur mon bureau. 

La révolte n’a toujours pas eu lieu…
Peut-être est-ce dû à cet effort des scientifiques depuis une dizaine d’années pour être moins opaques ?
Dans deux jours à peine, la Fête de la Science va battre son plein. Les services de communication ont pris leur place dans tous les instituts scientifiques même publics. Le terme « vulgarisation » a presque disparu du vocabulaire pour être remplacé par médiation scientifique, ou éveil aux sciences. Les informations sont relayées sur internet facilement et gratuitement. Et de nombreux chercheurs utilisent leur expertise pour se faire porte-parole de leur savoir, accessible à tous.

Dans le même ordre d’idée, sur le site Arte Future, de petites vidéos très courtes expliquent l’avenir de la science. Trop courtes pour être réellement percutantes.  Il est tout de même intriguant d’écouter celle sur l’astrophysique (qui parle en fait de médiation scientifique) puis celle sur le journalisme scientifique.
D’un côté, il paraît de plus en plus difficile de communiquer, de l’autre, aucun profond changement, juste de nouveaux outils de communication qui apparaissent. Comment interpréter ces deux discours quelque peu divergents ? Qui a raison ?
En d’autres termes, a-t-elle existé et existe-t-elle vraiment cette distance grandissante entre la recherche et la société ?

Parce qu’avec un petit bout de papier mon ancien prof de physique nous a fait et nous fait encore réfléchir sur le progrès technique et son éventuel rejet, il réveille le chercheur qui sommeille en chacun de nous.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s