La turbulence des fluides

Laisser un commentaire
Bande dessinée, histoire des sciences, mathématiques

Théorème de Pythagore, série de Fourier, constante de Planck, nombre de Reynolds, …
Le monde des mathématiques est peuplé d’êtres et de nombres revêtant avec élégance les noms de grands mathématiciens et physiciens.
Pour honorer leurs découvertes et pour qu’ils vivent éternellement, là où ils ont voyagé si souvent par la pensée. 

Si ce monde abstrait devait être défini par un seul mot, ce serait flexibilité et rigueur.
Flexibilité de l’esprit, qui s’aventure au delà des conceptions admises, qui va explorer les recoins vierges, et crée des passerelles vers de nouveaux mondes.
Et rigueur de la description et de l’analyse des mondes explorés pour communiquer clairement et exactement avec les autres chercheurs.
Cette pincée d’extravagance qui conditionne la flexibilité est malheureusement très peu visible dans l’enseignement des mathématiques, austère, froid et impersonnel.
Alors, nous devons nous plonger dans les livres d’histoire scientifique pour humaniser ce monde abstrait et imaginer des personnages derrière les corps et anneaux parsemant les mathématiques. 

Plus ludique est la bande dessinée ! Comme celle qui nous explique avec humour et légèreté ce qu’est l’équation du millénaire.

 

En créant le monstre à deux têtes Navier Stokes autour d’une idylle naissante entre un poète et une mathématicienne, les auteurs, Nicolas Rougerie, Gaël Octavia, et Camille Bouvard ont eu l’impertinence de se libérer de la rigueur historique pour mieux nous faire part des difficultés de l’équation Navier-Stokes, et de son lien et importance dans le monde vivant.
L’une, Gaël, est responsable de communication, l’autre, Nicolas, est chercheur et enfin Camille est dessinateur, mais tous trois ont pour but de communiquer différemment sur les mathématiques. Cette réalisation, faite en partie bénévolement, a demandé deux ans de travail et l’initiative mérite amplement d’être saluée ! D’autant plus qu’elle bouscule quelques idées reçues tout en subtilité.

Profitez en ! La BD est diffusée librement ici, par la Fondation Sciences Mathématiques de Paris.

Tout le monde y trouvera son compte : l’étudiant qui sommeille en chacun de nous va comprendre le cheminement d’un raisonnement et réaliser que notre savoir est récent, presque neuf ; la jeune fille s’apercevra que la mathématique est un mot féminin ; le futur chercheur rêvera d’un théorème portant son nom ; le frustré pourra, pour quelques instants, faire descendre la discipline à sa portée, dans le monde réel.
Et vous, vous en ressortirez un peu moins bête !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s